Doute sur la mise sur pied du CEP à la date du 4 novembre

117

Le gouvernement est confiant dans la formation prochaine du Conseil Electoral Provisoire (CEP) , selon l’agenda déterminé par l’Organisation des Etats Américains ( OEA) . Cet optimisme n’est pas partagé par les secteurs clé devant constituer le CEP. Le secrétaire d’Etat à la communication , Mario Dupuy, indique que le Président Jean Bertrand Aristide a annoncé aux représentants de la presse et du secteur bancaire -au cours d’une réunion le mercredi 30 octobre 2002 – qu’il existait de  » très forte probabilité  » de la présence de huit (8) des neuf (9) secteurs au prochain CEP. M. Dupuy déclare que seule la particiaption de la Convergence n’est toujours pas garantie . Le secrétaire d’Etat à la communication invite la principale coalition de l’Opposition à faire montre de dépassement . M. Dupuy estime que la Convergence Démocratique doit agir avec patriotisme pour aider le pays à sortir de l’impasse . Les Eglises , le Patronat et les militants des droits de l’homme représentant cinq (5) des neuf (9) secteurs devant composer le Conseil Electoral Provisoire (CEP) conditionnent leur participation . Ces secteurs clé ont écrit au chef de la mission spéciale de l’OEA , David Lee, pour faire part de leur préoccupations relatives à la question sécurité ,élément essentiel au bon déroulement du processus électoral. Dans une lettre en date 26 octobre adressée à M. Lee , la Conférence Episcopale d’Haiti (CEH) , l’Eglise Episcopale , la Fédération Protestante ,Justice et Paix et la Chambre de Commerce et d’Industrie rappellent qu’elles avaient sollicité de la présidence par correspondance en date du 10 octobre une invitation à la communauté internationale à fournir une collaboration active dans la mise en oeuvre d’un programme général de désarmement et une assistance technique à la police en vue de la mise en oeuvre d’un plan de securité. Ces organisations ont demandé à M. Lee si la requête officielle du gouvernement lui est déja parvenue et transmise aux instances de décision de l’OEA et aux pays concernés par la question. Les secteurs clé affirment qu’ils ont déjà fait choix de leurs représentants mais précisent qu’ils ne sont  » pas disposés à les communiquer formellement tant que ne sera initié officiellement par l’Etat haitien et l’OEA le processus visant à assurer la securité et par conséquent la fiabilité du processus électoral”. Outre ces cinq ( 5) secteurs, un sixième la Convergence Démocratique abonde dans le même sens des conditions posées à la désignation de son représentant. Il en est de même pour les partis de l’Opposition , non membres de la Convergence qui réclament des garanties de sécurité afin de pouvoir faire campagne en toute quiétude . Il s’agit de l’un des points clé de la Résolution 822 de l’OEA adoptée le 4 septembre dernier . Le texte fixait également un delai de deux (2) mois au gouvernement pour publier un rapport détaillé sur les mesures prises contre les auteurs des violences du 17 décembre 2001 . La formation du Conseil Electoral Provisoire (CEP) le 4 novembre prochain semble dans l’impasse .