Guerre ouverte entre le Premier Ministre Ariel Henry et Claude Joseph

1987

Il s’agit de véritables mesures de retorsion de la part du Premier Ministre Ariel Henry.
Les policiers attachés à la sécurité rapprochée de l’ex Premier Ministre Claude Joseph ont été relevés.
M. Joseph est également sommé de remettre le véhicule blindé mis à sa disposition.


C’est la réaction du Premier Ministre à la campagne de dénonciation de M. Joseph.
L’ex chancelier haïtien mène tambour battant une campagne internationale pour réclamer des poursuites judiciaires contre M. Henry dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel.


Ces critiques mettent des bâtons dans les roues du gouvernement déjà fragilisé par une opposition soudée.
La communauté internationale est le principal soutient du Premier Ministre Henry qui ne dispose plus d’aucune référence légale ou constitutionnelle.


La campagne du docteur Joseph avait débuté par une séance de travail avec le secrétaire général de l’OEA, M. Luiz Almagro.


M. Joseph a indiqué à radio Métropole que les agents de sécurité rapprochée ont été relevés sur ordre du Premier Ministre Henry.
Il considère qu’il s’agit d’une tentative pour le réduire au silence et ensuite l’assassiner.


M. Joseph ne se laissera pas faire et annonce qu’il entend exercer un recours contre cette décision illégale.
M. Henry prend désormais position contre les jovenelistes qui s’acharnent contre sa personne.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité