Le conseil des droits de l’homme appelle au respect du calendrier électoral

124

Lors de la vingt-huitième session du Conseil des droits de l’homme (CEDH), tenue du 2 au 27 mars 2015, à Genève, dans le cadre de l’examen du point 10 de l’ordre du jour intitulé «Assistance technique et renforcement des capacités», le Conseil a adopté une déclaration sur Haïti. Dans cette déclaration, le Conseil remercie l’Expert indépendant Gustavo Gallón pour son rapport sur la situation des droits de l’homme en Haïti et prend note des derniers développements juridiques et politiques en Haïti marqués notamment par des progrès en matière de droits civils et politiques, et de droits économiques, sociaux et culturels. Parmi ces progrès, le Conseil cite entre autresla promulgation de la loi portant prévention et répression de la corruption et de la loi sur la paternité, la maternité et la filiation; l’annonce, le 5 mars 2015, de l’élaboration d’un nouveau plan sécuritaire pour la région métropolitaine ; La nomination d’un nouveau Président de la Cour de cassation et CSPJ. Saluant l’installation, le 23 janvier 2015, d’un nouveau Conseil électoral provisoire, de même que la publication du décret électoral et du calendrier des élections par le Conseil électoral provisoire, ainsi que le lancement officiel du processus électoral le 13 mars 2015, le Conseil appelle les autorités haïtiennes et toutes les parties concernées à respecter le calendrier électoral publié au journal officiel et à œuvrer au bon déroulement des élections.Le Conseil félicite le gouvernement pour le lancement, le 2 mars 2015, de l’opération «Coup de poing» qui vise à apporter une réponse urgente et structurée au phénomène de la détention préventive prolongée. Le Conseil encourage également le Gouvernement haïtien à renforcer la participation des femmes à la vie politique et à poursuivre la lutte contre la violence et la discrimination fondées sur le genre. Par ailleurs, le CDH encourage la communauté internationale dans son ensemble, en particulier les bailleurs de fonds internationaux, les pays du groupe des Amis d’Haïti et les institutions spécialisées des Nations Unies, notamment le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, à renforcer leur coopération et leur coordination avec les autorités haïtiennes pour la pleine réalisation en Haïti de tous les droits de l’homme. Notons que le Conseil a entériné la demande des autorités haïtiennes de renouveler pour un an le mandat de l’Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti. MJ/Radio Métropole Haïti