Mobilisation non stop des étudiants pour forcer Aristide à quitter le Pouvoir

95

Les étudiants décrètent trois (3) jours de mobilisation intense contre le Pouvoir de Jean Bertrand Aristide. Ils comptent manifester les 30 et 31 décembre 2003 et le 1er janvier 2004 pour dire non à Lavalas . Par rapport à un pouvoir qui se montre inébranlable, il faut maintenir la pression, soutiennent les étudiants. Et cette fin d’année sera marquée par d’importantes manifestations de rues. Tout un agenda a été élaboré en ce sens, précise Ludovic Augustave Fils, le porte-parole des étudiants membres du Conseil de l’Université d’Etat d’Haïti. Mais pour maintenir la pression, les étudiants comptent sur la mobilisation de tous les secteurs de la population. Aussi, appellent-ils, tous les fils et filles de la patrie à soutenir le mouvement anti-gouvernemental visant le départ du Président Jean Bertrand Aristide. La population n’est pas restée indifférente à cet appel. Les dernières manifestations convoquées par la Plate-forme Démocratique et les étudiants ont fait bonne recette. Les étudiants saluent le courage des citoyens. Les étudiants, le Groupe des 184 et les partis de l’Opposition ont déclenché une grande mobilisation pour forcer le Président Jean Bertrand Aristide à démissionner. Le chef de l’Etat minimise le mouvement hostile à son pouvoir en qualifiant de “tizwit” (infime minorité) ceux qui réclament son départ. Mais, pour les opposants au régime, l’important est que l’opinion nationale et internationale aient saisi le message du refus à Lavalas.