Montréal recevra une conférence sur Haïti en juin

120

Le Canada a annoncé lundi la tenue d’une conférence internationale réunissant les partenaires internationaux d’Haïti les 16 et 17 juin à Montréal visant à «assurer une meilleure qualité de vie» au peuple haïtien, selon le ministère des Affaires étrangères. «C’est avec plaisir que j’accueille les partenaires internationaux d’Haïti à Montréal pour cette conférence. Alors qu’Haïti se prépare à tenir des élections, il est primordial de maintenir le dialogue entre les Haïtiens et la communauté internationale», a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie canadienne, Pierre Pettigrew. Les deux tours du premier scrutin présidentiel et législatif organisé en Haïti depuis le départ en février 2004 de l’ex-président Jean Bertrand Aristide auront lieu les 13 novembre et 18 décembre. Depuis l’exil de M. Aristide et la mise en place d’un gouvernement de transition mené par le premier ministre Gérard Latortue, le pays le plus pauvre du continent américain n’arrive pas à se redresser. La conférence de Montréal abordera «l’état de la situation en Haïti», «l’avancement du processus électoral», «la mise sur pied éventuelle d’une mission internationale d’observation des élections», «le Cadre de coopération intérimaire (CCI)» et «les modalités d’application par la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité qui sera votée d’ici le 31 mai», détaille le communiqué. «Le fait de recevoir à Montréal les partenaires internationaux d’Haïti dans le but d’élaborer une stratégie concertée visant à ce que les valeurs démocratiques et les droits fondamentaux soient toujours respectés durant et après les élections fait honneur au Canada», a ajouté la ministre de la Coopération internationale, Aileen Carroll, dans un communiqué conjoint. La conférence de Montréal s’inscrit dans la foulée de la réunion des bailleurs de fonds d’Haïti tenue en mars dernier en Guyane française qui a lancé un signal d’alarme face à la fragilité de la situation dans l’île dont ils se sont engagés à accélérer la reconstruction. «La communauté internationale n’a pas le droit d’échouer en Haïti», avait alors mis en garde le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier. Agence France-Presse, Montréal, 30 mai 2005