Sondages BRIDES et DELTAPOLL

422

Double enquête des firmes BRIDES et DELTAPOLL auprès de l’électorat et des candidats : ces enquêtes menées du 14 au 31 janvier 2000, sur 2401 personnes, ont été commanditées par le Centre d’Etudes Stratégiques et d’Analyses (CESA) et bénéficient du support des stations de radios Métropole, Kiskeya et Vision 2000 et du journal le Nouvelliste. Cibler les principales attentes et priorités de l’électorat, identifier par anticipation les intentions de vote relatives au sénat, à la députation et aux mairies, tels sont les objectifs de l’étude auprès de l’électorat. Les résultats de ce travail permettent d’identifier les trois partis ou groupements politiques les plus connus en Haïti. Les trois partis ou groupements politiques les plus connus en Haïti : Incontestablement L’Organisation Fanmi Lavalas (OFL) est le parti le plus connu à travers le territoire national. Son score pondéré national est de 13.42 %. Cependant si l’on considère les suffrages favorables à ce parti en première position, à l’exclusion des suffrages en deuxième et troisième position, le score réalisé est de 23.49 %. A noter que les département où le premier parti haïtien a son plus haut score est le Nord’Est (36.36 %) celui où il a obtenu son plus bas score non pondéré est le Nord’Ouest (13.60 %). Par ailleurs, l’Espace de Concertation (EC) émerge comme le second parti haïtien avec un score national pondéré de 12.46 % et un score de 14.36 % comme premier parti politique connu par les électeurs. Le département où ce groupement politique est dominant, est le Nord (17.52 %) ; celui où il est le plus faible est le Nord’Ouest (5.73 %). Le troisième parti politique haïtien est l’Organisation Peuple en Lutte (OPL) dont le score national pondéré est de 9.05 %. Son score non-pondéré en première position à l’exclusion des deuxième et troisième positions est de 13.49 %. Son score pondéré haut : 19.37 %, s’observe dans le département de la Grand’Anse. Son score le plus bas : 5.07 %, est obtenu dans le département du Nord’Ouest. Par ailleurs l’enquête révèle qu’une majorité nationale est résolument favorable au changement socio-politique. En effet, une majorité nationale de 23.6 % d’électeurs échantillonés, la grande partie issue de l’application de la technique de la moyenne pondérée se déclare attendre en première priorité des prochaines joutes électorales, un changement réel dans la situation politique et sociale du pays. Cette attente prioritaire véhicule des idées-forces comme : renforcement et permanence des institutions nationales, l’émergence aux commandes des institutions politiques et administratives. De vrais démocrates compétents, honnêtes et résolus à servir l’intérêt général avant l’intérêt particulier. Les mots-clé de cette volonté de changement s’identifient comme : justice, paix sociale, sécurité, disponibilités d’emplois, infrastructure socio-économique. Enfin, elle montre une volonté largement majoritaire de personnes affirmant une participation certaine aux prochaines élections. l’enquête met en lumière un fort pourcentage (83 %) d’électeurs répondant « OUI » à la question « Comptez-vous participer au scrutin du 19 mars 2000 ? »

Publicité