Visite d’une Mission du Caricom

186

L’actualité, c’est la visite en Haïti d’une importante mission de bons offices du Caricom à Port-au-Prince, pour une évaluation de la situation créée dans le pays, par les élections contestées du 21 mai. C’est l’ancien Premier Ministre de Sainte Lucie, John Compton, qui dirige cette Mission du Caricom. Pour la première journée, la délégation s’est entretenue avec le Président Préval, des diplomates membres du groupe des pays amis d’Haïti, du Secrétaire Général des Nations Unies pour Haïti. Dans une interview exclusive accordée à Radio Métropole, le Chef de la Mission affirme être à Port-au-Prince pour aider les Haïtiens à sortir de cette crise électorale. L’objectif de cette mission affirme-t’il, c’est de dialoguer avec les personnes impliquées : « Nous dialogons avec le Président Préval, le CEP, les amis d’Haïti, pour voir dans quelle mesure nous pourrions aider à trouver une solution à ce problème, et nous pensons qu’au niveau du Caricom, nous avons pour devoir d’aider Haïti à le résoudre ». A propos d’une éventuelle exclusion d’Haïti de l’OEA, le Chef de la Mission du Caricom déclare s’opposer catégoriquement à un tel projet. John Compton précise que le Caricom ne va jamais accepter l’isolement d’Haïti. Interrogé sur les problèmes engendrés dans le pays par la publication des résultats des élections, l’émissaire du Caricom répond : « Nous travaillons en vue de trouver une solution puisque tous les problèmes ont des solutions ». John Compton indique qu’il ne sait pas si le Président Préval va revenir sur sa décision, mais l’essentiel ajoute-t’il : « c’est que nous sommes ici pour aider les autorités haïtiennes à trouver une solution a ce problème ». Questionné sur la position exprimée par la communauté internationale sur les résultats des élections contestées du 21 mai, le Chef de la Mission du Caricom signale ce qui suit : « Nous faisons aussi partie de la communauté internationale. C’est un problème au niveau de l’interprétation des lois haïtiennes et nous oeuvrons à trouver une solution ». Concernant les prises de positions de l’opposition des églises et de la société civile qui demandent au CEP de revoir les résultats, l’émissaire du Caricom indique cherche avec les différentes parties une issue heureuse à cette crise : « Nous voulons que dans l’année 2004, lors de la célébration du bicentenaire de son indépendance Haïti puisse devenir un membre dont on peut être fier au niveau de la communauté internationale, un pays où les parlementaires seront élus selon les normes acceptées par la communauté des nations ». C’est l’ancien Premier Ministre de Sainte Lucie, John Compton, qui dirige cette Mission du Caricom. Pour la première journée, la délégation s’est entretenue avec le Président Préval, des diplomates membres du groupe des pays amis d’Haïti, du Secrétaire Général des Nations Unies pour Haïti. Dans une interview exclusive accordée à Radio Métropole, le Chef de la Mission affirme être à Port-au-Prince pour aider les Haïtiens à sortir de cette crise électorale. L’objectif de cette mission affirme-t’il, c’est de dialoguer avec les personnes impliquées : « Nous avons des entretiens avec le Président Préval, le CEP, les amis d’Haïti, pour voir dans quelle mesure nous pourrions aider à trouver une solution à ce problème, et nous pensons qu’au niveau du Caricom, nous avons pour devoir d’aider Haïti à le résoudre ». A propos d’une éventuelle exclusion d’Haïti de l’OEA, le Chef de la Mission du Caricom déclare s’opposer catégoriquement à un tel projet. John Compton précise que le Caricom ne va jamais accepter l’isolement d’Haïti. Interrogé sur les problèmes engendrés dans le pays par la publication des résultats des élections, l’émissaire du Caricom répond : « Nous travaillons en vue de trouver une solution puisque tous les problèmes ont des solutions ». John Compton indique qu’il ne sait pas si le Président Préval reviendra sur sa décision, mais l’essentiel, ajoute-t’il : « c’est que nous sommes ici pour aider les autorités haïtiennes à trouver une solution à ce problème ». Questionné sur la position exprimée par la communauté internationale sur les résultats des élections contestées du 21 mai, le Chef de la Mission du Caricom signale ce qui suit : « Nous faisons aussi partie de la communauté internationale. C’est un problème au niveau de l’interprétation des lois haïtiennes et nous oeuvrons à trouver une solution ». Concernant les prises de positions de l’opposition, des églises et de la société civile qui demandent au CEP de revoir les résultats, l’émissaire du Caricom indique rechercher avec les différentes parties, une issue heureuse à cette crise : « Nous voulons que dans l’année 2004, lors de la célébration du bicentenaire de son indépendance Haïti puisse devenir un membre dont on peut être fier au niveau de la communauté internationale, un pays où les parlementaires seront élus selon les normes acceptées par la communauté des nations ».

Publicité