Atelier de travail de deux jours à l’intention des partis politiques et des organisations de la société civile

163

Le gouvernement haïtien et les Nations Unies ont inauguré lundi à Port-au-Prince un atelier d’information et d’échanges de deux jours à l’intention des partis politiques et d’organisations de la société civile. Cette initiative vise à favoriser une transition apaisée en Haïti à l’approche des élections générales cruciales pour l’avenir du processus démocratique en cours dans le pays. L’atelier organisé par le gouvernement intérimaire avec l’appui des Nations Unies à travers le Programme des Nations Unies pour le Développement(PNUD), lundi et mardi, au Caribe Convention Center à Port-au-Prince rassemble des formations politiques, toutes tendances confondues, intéressées aux prochaines compétitions électorales. Au menu de cette rencontre de deux jours: le budget de la République, la mise en œuvre du Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) – élaboré par le gouvernement de transition avec l’appui de la communauté internationale –, l’environnement, la lutte pour la réduction de la pauvreté et l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). En plus des membres du gouvernement, la rencontre bénéficie également de la participation de représentants d’organisations de la société civile et d’institutions de la coopération au développement. « À quelques mois des élections et dans le cadre du processus de dialogue national, le gouvernement, avec l’appui du système des Nations Unies, a tenu à partager les informations disponibles sur certains grands dossiers d’intérêt national », a déclaré Gérard Latortue, Premier Ministre du Gouvernement de Transition. « Cela rentre dans le cadre des efforts visant le renforcement des capacités des acteurs politiques et de la société civile afin de leur permettre de préparer conséquemment leurs programmes et l’exercice fructueux du pouvoir d’Etat », a-t-il ajouté.Des élections locales, législatives et présidentielles verront le renouvellement de la classe dirigeante de ce pays, le plus pauvre l’hémisphère sud, aujourd’hui en proie à une crise d’instabilité alimentée par une violence sociale de nature politique et une insécurité grandissante. « Dans un pays où il est admis que la culture du dialogue a souvent fait défaut, ce n’est pas évident de mettre côte à côte autant de protagonistes de tendance différente et d’intérêts divergents pour écouter le Gouvernement et les partenaires au développement s’exprimer sur le présent et le futur de la Nation », a déclaré Adama Guindo, Représentant Résident du PNUD et Coordonnateur Résident des Nations Unies à Haïti. « Le Gouvernement aurait de quoi s’enorgueillir de cet exemple de bonne gouvernance qui ne manquera pas de faire date dans l’histoire d’Haïti », a-t-il conclu.

Publicité