Charles H. Baker critique l’action du gouvernement

114

L’ancien candidat à la présidence, Charles Henry Baker, dénonce le manque de volonté politique pour résoudre le problème de l’insécurité, et souligne que le chef de l’état ne peut comparer le bien être de deux mille personnes à celui des huit millions d’haïtiens. Interrogé sur le dossier des négociations entre le gouvernement et les chefs de gangs, Charles Henry Baker affirme que les bandits devraient au préalable déposer leurs armes avant de pouvoir faire part de leurs revendications aux autorités. » Le chef de l’état ne peut passer le plus clair de son temps à négocier avec les bandits, au lieu de trouver les moyens pour favoriser la création d’emploi dans le pays », indique Charles Henry Baker.Tout en précisant que l’insécurité est le principal obstacle à la relance de l’économie, l’ancien candidat à la présidence indique que l’absence de structures étatiques dans les villes de province entraîne une autre forme d’insécurité.Intervenant à la rubrique Invité du jour de radio Métropole, Charles Henry Baker fait état d’un sentiment de peur ressenti par les haïtiens, expliquant que plusieurs cas de kidnappings sont enregistrés quotidiennement.Interrogé sur ses propositions pour combattre l’insécurité, Charles Henry Baker dit souhaiter que les forces de l’ordre interviennent dans les quartiers populeux, refuges des gangs armés, pour rétablir un climat de paix. » Le gouvernement doit adopter des dispositions pour éliminer un petit groupe de terroristes et de criminels dans certains bidonvilles », indique Charles Henry Baker qui estime que lorsque les citoyens seront en confiance ils apporteront leur contribution à l’effort de paix.Il croit que si la police dispose de ressources matérielles pour rétablir l’ordre dans ces zones, et précise  » la Minustah ne m’intéresse pas, il faut des donner des moyens et des équipements à la police pour qu’elle puisse faire son travail ». Charles Henry Baker renouvelle sa détermination à défendre les intérêts du pays, précisant qu’il faut une opposition constructive, solide et moderne pour dénoncer les erreurs du gouvernement.D’un autre coté, L’industriel Charles Henry Baker se plaint de la dégradation de la vie économique.Il indique que l’insécurité en entraîné la fermeture plusieurs entreprises, et souhaite que le gouvernement encourage la production nationale en subventionnant des semences pour les agriculteurs.