Choléra : le MSPP devrait-il donner l’alerte rouge dans le Centre ?

141

Le département du Centre, une fois de plus, pourrait être de nouveau confronté à une situation d’urgence sanitaire provoquée par une recrudescence de l’épidémie de choléra, nous apprend une source proche de la direction départementale du Ministère de la Santé publique (MSPP) de Hinche. Avec la saison des pluies du printemps, en effet, se profile le spectre d’une autre flambée de l’épidémie de choléra dans ce département, deux cas certifiés de cholera ayant été enregistrés la semaine dernière à l’hôpital Ste Thérèse de Hinche. Les deux cas ont été enregistrés et certifiés à Los Palmas et à Carré Savane, dans la zone d’Aguahedionde, 3e section de la commune de Hinche. Cette première alerte survient alors que des organisations de la société civile de la zone pressaient les autorités sanitaires départementales de prendre les mesures appropriées à l’ approche de la saison des pluies. Le 21 avril dernier, le Président du Groupe de la Banque mondiale (GBM), Jim Yong Kim, a proposé la création d’un groupe de travail sur « une feuille de route actionnable prévoyant des investissements intégrés en santé, eau et assainissement en appui au Plan National d’Élimination du Choléra d’Haïti ». Cette déclaration de Yong Kim avait été enregistrée lors d’une réunion technique avec des experts internationaux sur le choléra. Le président du GBM avait appelé à un sens renouvelé de l’urgence et préconisé plus de coordination et une meilleure compréhension des obstacles à la lutte contre l’épidémie. « Si nous n’intensifions pas nos efforts pendant la période la plus difficile de cette lutte, nous risquons d’avoir une autre épidémie », avait averti Jim Yong Kim. « Beaucoup de progrès ont été accomplis, mais l’insuffisance des ressources est criante. » Bien qu’ayant constaté une baisse de 42% du nombre de cas d’infection au premier trimestre de 2014, le Représentant de l’Unicef en Haïti, Edouard Beigbeder, avait cependant invité les autorités sanitaires du pays à redoubler d’efforts et à revoir la stratégie en cours en vue d’améliorer l’efficacité des interventions pour l’éradication de l’épidémie. Seuls 18% de la population en milieu rural a accès à des équipements sanitaires adéquates, avait déploré M. Beigbeder qui avait recommandé la mise en œuvre d’un programme d’ appui aux communautés pour la construction des toilettes. L’Organisation des Nations Unies (ONU) a accordé 6,2 millions de dollars à Haïti via le Fonds central d’intervention (CERF) pour la poursuite de la lutte contre l’épidémie de choléra. Ce montant permettra de financer des équipes mobiles d’intervention rapide dans les domaines de la santé et de l’eau potable, assainissement et hygiène (EPAH), qui ont été déployées dans tout le pays depuis 2013 pour répondre aux alertes. HA/radio Métropole Haiti