Crise de Tabarre : l’impasse persiste

190

Les négociations entre le gouvernement via le Comité de suivi de l’Accord sur la Transition du 4 avril et les militaires démobilisé qui occupent l’ancienne résidence d’Aristide à Tabarre ( est de Port-au-Prince) n’ont jusqu’ici pas abouti. Une délégation conduite par le ministre de la justice Bernard Gousse n’a pas réussi à les convaincre de quitter les lieux sans armes de même qu’une mission de médiation composée de personnalités politiques, de la société civile et du Conseil des Sages. Les militaires démobilisés conduits par Ravix Rémissainthe qui a déménagé de Tabarre vraisemblablement dans la nuit du mercredi 15 décembre refusent de déposer les armes. Ils ont rejeté la proposition d’un hébergement temporaire à l’Académie de police à Frères. Sur les lieux, ceux jugés aptes à travailler dans la police seraient intégrer tandis que les autres plus agés feraient partie du programme de retour à la vie civile, révèlent les médiateurs. La commission qui a rencontré dans la soirée du jeudi 16 décembre le Premier ministre Gérard Latortue indique que le gouvernement est disposé à négocier moyennant que les ex-militaires déposent les armes. Dans la soirée, une conférence de presse au Bureau du Premier ministre a été annulée mais le gouvernement a annoncé la fin des travaux du Bureau de gestion des militaires démobilisés.Le dossier est désormais pris en charge par le cabinet particulier du Premier ministre. Selon une source proche du Conseil des Sages, il est reproché aux membres de cette entité dirigée par l’ancien colonel Jodel Lessage un certain laxisme. Ce dernier s’est plaint de l’absence de moyens mis à sa disposition. Ce que le gouvernement conteste dans un document publié sur les initiatives prises dans le cadre de ce dossier. Entretemps, un groupe d’anciens officiers et les militaires en province soutiennent leurs frères d’armes à Tabarre. Dans le Plateau Central, la situation est tendue. Les militaires démobilisés ont désarmé les policiers à Hinche et à Mirebalais. Les soldats de l’ONU qui encerclent la résidence de Tabarre depuis le jeudi 16 décembre viennent de faire de même, ce vendredi17 décembre, pour la base des ex-militaires située à Frères ( hauteurs de la capitale). Cette opération est contestée par des membres de la population qui font bloc avec les anciens militaires. Le président de la commission de l’Union Africaine, Alpha Oumar Konaré, effectue à partir de ce vendredi une visite d’information de trois jours à Port-au-Prince à l’invitation du Conseil des Sages.

Publicité