Démission du Ministre de la Culture

281

Le Ministre Jean Robert Vaval démissionne. Dans une lettre en date du 9 avril, adréssée au Premier Ministre Jacques Edouard Alexis, Jean Robert Vaval fait part de sa démission. Voici, telle que rédigée, la lettre de démission de Jean Robert Vaval : Monsieur le Premier Ministre, Désigné par le Konakom, parti membre de l’Espace de Concertation, aux termes de l’accord politique du 6 mars 1999, intervenu entre les organisations membres de ce regroupement et le Président de la République, j’ai l’honneur de faire parti du gouvernement que vous dirigez du 26 mars 1999 jusqu’à aujourd’hui, 9 avril 2000.La présente lettre est, en effet, pour vous soumettre ma démission de membre du gouvernement Alexis, en qualité de Ministre de la Culture.Lorsqu’après réflexion, j’ai accepté, en mars 1999, de répondre positivement à la requête du Konakom, c’était avec la claire conscience de ce que le mandat du gouvernement issu de l’accord du 6 mars était, en plus d’assurer un déblocage de la crise, de préparer les conditions du retour du pays à la normalité politico-constitutionnelle, par l’organisation d’élections libres, démocratiques, transparentes et crédibles. Il s’agissait de prendre en charge, avec d’autres citoyennes et citoyens, l’intérêt public, au regard du processus d’ institutionnalisation de la démocratie dans notre pays. Il se fait que divers développements de la question électorale, ces dernières semaines, m’amènent à la perception documentée que le processus électoral est, pour un temps, proprement bloqué. Mentionnons parmi ces éléments : le bras de fer sans issue prévisible engagé depuis le début du mois précédent entre le CEP et l’Exécutif, les réaménagements successifs du calendrier électoral, puis la vague de violence qui secoue actuellement le pays. Selon moi, le mandat du gouvernement Alexis est ainsi politiquement épuisé.Et, en tout état de cause, je ne saurais être encore associé à ce gouvernement après la mise à feu du local de l’Espace de Concertation. Aussi, ne souhaitant pas continuer, par le maintien de ma présence en ce gouvernement, à augmenter la confusion régnante, voulant au contraire, contribuer à clarifier la situation, je vous remets ma démission. Je veux, par ailleurs, vous assurer que j’ai apprécié jusqu’au bout la qualité des rapports que vous avez su instaurer entre les Ministres et les Secrétaires d’Etat membres du gouvernement et vous-même, de même que l’atmosphère de franche camaraderie qui a existé entre tous les membres du gouvernement. Enfin je veux vous prier de transmettre au Président de la République mes remerciements pour la confiance qu’il a placé en moi, en acceptant ma désignation comme membres de ce gouvernement. D’un point de vue d’ensemble, je formulerai le voeu pour notre pays, que les divers acteurs impliqués dans l’interminable crise qui nous ronge depuis quelques années, sachent au bout du parcours faire prévaloir l’intelligence de l’intérêt public national, sur le jeux partisant et les intérêts particuliers. Avec mes remerciements renouvelés, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération. » Jean Robert Vaval.-

Publicité