Dysfonctionnement du dispositif sécuritaire

382

Le dispositif sécuritaire est fortement fragilisé dans la capitale haïtienne. Un grand nombre de patrouilles fixes ne sont plus remarquées dans des points stratégiques. À Delmas et à dans certains quartiers de Pétion ville les patrouilles sont invisibles.


Il s’agit de la conséquence de l’arrêt de travail des policiers mécontents de la gouvernance de la PNH.
Ceci fait peser un risque énorme sur les citoyens.


Le coordonnateur de la Synapoha, M. Lionel Lazare, qualifie de grave l’abandon des postes par les agents de l’ordre. Il appelle ses collègues au calme mettant en garde contre une récupération du mouvement par d’autres forces. Les policiers ne doivent pas se laisser manipuler par des politiciens qui ont leur propre agenda, a t-il laissé entendre.


La contestation des policiers s’est étendue dans les villes de province hier. Aux Gonaives, à Jérémie, à Léogane et aux Cayes notamment les policiers exigent des armes et des munitions afin de s’acquitter de leur tâche convenablement.


Certains sous commissariat ont été abandonnés d’autres verrouillés par des policiers en colère après l’assassinat de 7 policiers par des bandits de Liancourt.
Hier un autre policier aurait été tué dans le quartier Taras, à Pétion ville, par des bandits de la zone.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité