Ernst Mirville Mal Conseillé

184

Les flèches de Président du CEP (Conseil Electoral Provisoire en direction de l’opposition et de l’élite haïtienne, continuent de faire des vagues. Ernst Mirville, qui se veut dirigeant d’un institut prestigieux et impartial,n’a fait que compliquer la tâche au CEP, si l’on croit certains observateurs. Ernst Mirville a apporté de l’eau au moulin de l’opposition.En qualifiantl’opposition de « Tèt chat »(bidon) et l’élite haïtienne de « Polidò »(pseudo-intellectuel),Ernst Mirville, le Président du Conseil Electoral Provisoire a une fois de plus éclaboussé l’image du CEP, déjà ternie. Le numéro 1 du CEP s’est laissé aller, et par la même occasion a écarté d’office, les partis politiques de l’opposition, alors qu’on sait qu’ils sont, sans exclusive, les premiers concernés dans une élection sérieuse. En empruntant cette voie, M. Mirville semble avoir été mal conseillé, puisque sa déclaration intervient à un moment où plus d’un s’attendait à une quelconque opération de charme, pour non seulement convaincre tous les partis politiques de sa volonté à organiser des élections sérieuses, et de plus, chercher à se refaire une image, après les controverses suscitées par les dernières élections encore décriées par cette même opposition et la communauté internationale. Ernst Mirvillea plutôt fait réagir l’opposition, qui n’a pas tardé à lancer des flèches en direction de Mirville. De plus, M. Mirville conforte l’opposition dans sa position de boycott des prochaines joutes, qu’elle considère déjà comme partiales. Faut-il se rappeler que la déclaration du Président du Conseil n’est pas la première à fustiger l’opposition affaiblie, malgré elle, par d’interminables reports devant aboutir aux législatives, municipales et locales. D’autres membres du Conseil Electoral s’étaient félicités « du fait que le parti de Jean Bertrand Aristide ait raflé tous les postes à tous les niveaux et du même coup, ait mis au rencart, l’opposition.

Publicité