Famine dans les centres carcéraux

462

La crise de peyi lok de ces dernières semaines a provoqué une détérioration des conditions de vies des prisonniers.
Les responsables de l’administration pénitentiaire ne peuvent acheminer des stocks de produits alimentaires dans les centres de détention.


Les directeurs des structures carcérales s’êvertuent à trouver d’autres sources pour nourrir les détenus.


Le responsable du collectif des avocats pour la défense des droits de l’homme, maître Arnel Rémy, dénone la négligence des autorités gouvernementales.
Il soutient que les conditions de vies des prisonniers ne constituent pas une priorité pour les officiels qui ne disposent d’aucune politique carcérale.


Le problème est grave de l’avis du juriste. Il révèle qu’à Fort Liberté pour venir en aide aux détenus les avocats contribuent à l’achat de nourriture.


A Jacmel les responsables des structures carcérales ont obtenu des cultivateus des denrées pour préparer les repas des prisoniers.


Alarmé par cette situation maître Rémy explique que son organisation s’est engagée dans la collecte de nourriture pour les détenus du Pénitencier national.
Une fois de plus il dénonce la surpopulation carcérale résultant du dysfonctionnement du système judiciaire.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité