Justice en péril : Le barreau de Port-au-Prince se mobilise pour des solutions lors d’une foire engagée

432

Le barreau de Port-au-Prince déplore que les tribunaux ne disposent pas de locaux et que les juges n’aient pas de bureaux, ce qui, combiné aux nombreux problèmes sociaux du pays, a conduit à un dysfonctionnement quasi total de la justice. Afin de discuter de ces problèmes et d’explorer des solutions, le barreau de l’ordre des avocats de Port-au-Prince organisera une foire du livre, de la gastronomie et de la culture le 14 juillet prochain.

L’objectif principal de cette réunion est de rassembler tous les avocats du barreau de Port-au-Prince afin de faire face à la nécessité de redresser la situation. Cet événement, qui réunira des avocats, des justiciables et d’autres membres de la population, vise à trouver des solutions aux maux qui affligent le système judiciaire, souligne Me Nathalie Wakam Cyprien. De plus, cette foire sera l’occasion pour les avocats, en grande majorité, de vendre leurs œuvres écrites, afin de mettre en valeur d’autres aspects de leurs compétences dans un contexte où la profession est pratiquement au chômage technique. « Vendre des livres devient leur principale activité pour pallier les dysfonctionnements des tribunaux », a souligné Me Nathalie Wakam Cyprien, conseillère de l’ordre des avocats de Port-au-Prince.

Para ailleurs, les assassinats de Me Monferrier Dorval et Me Magloire Aspil, ainsi que l’enlèvement de Me Jean Ernest Chéry, Me Manette Dejervil et Me Ikenson Edumé, sont quelques exemples parmi tant d’autres montrant que les professionnels du droit sont victimes de l’insécurité. Cette situation a des conséquences néfastes sur la qualité de leur travail, déplore Me Nathalie Wakam Cyprien. Elle constate un nivellement par le bas au sein de sa profession, où l’insécurité est le principal facteur perturbateur. Cependant, il existe également d’autres problèmes internes qui doivent être résolus afin de restaurer la réputation de l’ensemble du système judiciaire.

Cette activité, prévue pour le 14 juillet prochain, est un moyen pour le Barreau de Port-au-Prince de rassembler ses membres avocats afin de les sensibiliser à l’importance de réfléchir à des solutions visant à favoriser le bon fonctionnement de la justice haïtienne. Lorsqu’elle est inefficace, les justiciables sont laissés à eux-mêmes pour régler leurs différends, ouvrant ainsi la voie à la criminalité, souligne l’avocate haïtienne d’origine camerounaise.

Marvens Pierre

Publicité