Ginette Cherubin démissionne et dénonce les résultats définitifs

114

Après avoir pris ses distances avec ses collègues la conseillère électorale, Ginette Cherubin, a démissionné de son poste afin de prouver son désaccord avec les responsables de l’organisme électoral.L’architecte qui avait refusé de siéger au Bureau du Contentieux Électoral National (BCEN) révèle des accrocs à la procédure qui justifiant son désaccords avec ses pairs.Mme Cherubin cite au moins 7 motifs pour lesquels elle n’a pas signé les résultats définitifs du 20 avril. Selon Mme Cherubin des procès-verbaux mis à l’écart pour les présidentielles et (ou) les sénatoriales ont été comptabilisés, selon les intérêts, par le BCEN.En outre elle rapporte que des cas non considérés au CTV pour absence de Liste Électorale Partielle (LEP), faux numéros de cartes d’identification nationale ou remplissage avéré – le nombre de votants étant supérieur au nombre de signatures enregistrées sur la feuille d’émargement – ont été comptabilisés au niveau du BCEN. En analysant un échantillon de jugements rendus la conseillère électorale dit avoir constaté un manque d’équité pour usage arbitraire et fantaisiste des critères d’analyse et une absence de motifs ou incohérence dans certains dispositifs de jugement.Dans une note à l’attention de ses collègues Mme Cherubin indique que les grandes modifications dans les résultats préliminaires constitue un désaveu au travail du Centre de Tabulation dont la rigueur obtenue à partir des recommandations de la Commission de l’OEA a été reconnue et saluée, publiquement, par la plupart des concernés : partis politiques, candidats, électeurs, observateurs nationaux et internationaux. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité