Gonaïves , ville sous haute tension , s’apprête à vivre une nouvelle journée de manifestation anti-gouvernementale

217

La Cité de l’Indépendance devrait connaitre une nouvelle journée de tension , ce jeudi 28 novembre 2002 , à l’occasion d’une manifestation hostile au pouvoir lancée par l’Union Citoyenne des Gonaives (UCG). Cette organisation de la Société Civile dirigée par le président de l’Association des Entrepreneurs de l’Artibonite (AEA), Pierre Robert Auguste , se propose de demander au chef de l’Etat de remettre le pouvoir en vue d’une passation pacifique . Dans l’après-midi du mercredi 27 novembre , M. Auguste a dénoncé un plan du pouvoir visant à perturber le déroulement de la manifestation anti-gouvernementale . Selon Pierre Robert Auguste , le régime Lavalas a dépéché des émissaires aux Gonaïves pour procéderr à la distribution de fortes sommes d’argent dans les quartiers clé . La ville des Gonaïves a connu une nuit un peu agitée dans certains endroits avec l’intervention des agents spécialisés du Corps d’Intervention pour le Maintien d’Ordre (CIMO) pour tenter de débloquer la route nationale . Selon des témoins, les agents du CIMO ont procédé à plusieurs arrestations et ont tiré en l’air pour rétablir l’ordre . Les riverains dénoncent le caractère brutal de l’intervention des forces de l’ordre. Durant la journée du mercredi 27 novembre, l’évadé et condamné à perpétuité , Jean Pierre dit “Jean Tatoune “ avait effectué son grand retour à travers une manifestation anti-Aristide . L’activiste politique de 1986 avait organisé cette marche à l’occasion du 17e anniversaire de l’assassinat des élèves, Jean Robert Cius , Daniel Israël et Mackenson Michel, le 28 novembre 1985 qui allait déclencher le mouvement de départ du président à vie, Jean Claude Duvalier . “ Jean Tatoune” a hissé un drapeau américain dans le quartier dénommé “ Haut Descarreaux” et demandé à l’adminstration Bush d’aider le peuple à se débarasser du Pouvoir Lavalas . Jean Pierre a également réclamé l’arrestation du puissant chef d’OP et évadé, Amiot Métayer, et s’est dit déterminé à renverser Jean Bertrand Aristide. Après leur évasion, le 2 août dernier, de la prison des Gonaïves , Jean Tatoune et Amiot Métayer étaient côte à côte pour demander le départ du Président Jean Bertrand Aristide .

Publicité