Haïti fait de légers progrès dans la médecine légale

416

Le nombre de médecins légistes est passé de 1 à 3 suite aux différentes séances de formation organisées par les institutions concernées. L’Unité de Recherche et d’Action Médico-Légale (URAMEL) qui participe aux efforts déployés pour promouvoir la pratique de la médecine légale dans le pays a dressé un bilan positif des activités entreprises en 2001. Séminaires, forums, débats sur les ondes de la radio et de la télévision à Port-au-Prince et en province, l’URAMEL a usé de toute son expertise pour faire avancer la pratique de la médecine légale en Haïti en 2001, selon un récent bilan dressé par les six institutions qui font partie de l’URAMEL. A en croire les membres de cette organisation, environ 290 personnes – professionnels de la santé , du droit et policiers – ont été touchées. Ces acteurs devraient être en mesure de comprendre, sans grande difficulté, les réquisitions pour coups et blessures, viols, levée de corps, autopsie. De plus, ces professionnels devraient trouver facilement la forme la plus intelligente de collaboration. Le docteur Marjorie Joseph, l’un des responsables de l’URAMEL se dit encourager par les résultats obtenus tout en admettant qu’il reste encore un long chemin à parcourir. Les membres de la populations pour la plupart ne s’intéressent guère à la pratique de la médecine légale. Et leur ignorance, le plus souvent, pose problème quand il s’agit de donner une suite légale à certains dossiers de viols, coups et blessures, meurtres par balles notamment. Et, par rapport à la taille de la communauté, les quelques personnes déjà formées et sensibilisées sont logiquement insuffisantes. En ce sens , la poursuite des séances de formation à travers le pays s’avère indispensable . La démarche de l’URAMEL est appuyée par les ministères de la justice et de la santé et également par la coopération française. A part des séminaires, forums et débats organisés sur la pratique de la médecine légale en Haïti, l’URAMEL a élaboré des certificats médicaux, des formulaires pour coups et blessures, viols et levée de corps. Ces réquisitions ont été présentées au ministère de la justice qui en a approuvé le principe. L’URAMEL regroupe l’Ecole de la Magistrature, l’Association Médicale Haïtienne, le Service Oecuménique d’Entraide, Haïti Solidarité Internationale et Médecins du Monde.

Publicité