Il faut sauver la mangue francique

580

 

L’annonce de l’arrêt de l’importation de la mangue haïtienne, francique, a provoqué un séisme dans le secteur de la production nationale.
C’est la plus importante filière d’Haiti qui est menacée de disparition à partir de 2023 si des dispositions ne sont pas adoptées pour un retour à la normale.


L’ex ministre de l’agriculture, M Joanas Gué, est conscient du problème. Il presse le gouvernement à trouver dans le meilleur délai une solution à la crise politique.


De l’avis de M Gué il faut profiter de cette période morte d’exportation pour rétablir la paix indispensable pour le fonctionnement des usines.
La période d’exportation se situe entre avril et septembre.


Il redoute des conséquences économiques et écologiques désastreuses pour Haïti si l’interdiction est concrétisée.
Selon l’agronome Gué les producteurs et les ouvriers de cette filière de la mangue francique captent plus de 50% des 12 millions de dollars de revenus des exportations.


Plus de 12 000 personnes sont impliquées dans cette filière de la mangue francique.
Les producteurs pourraient commencer à couper les manguiers s’ils n’en tirent aucun profit, previent-il.


Outre l’aspect financier pour le secteur paysan, la production de mangue est importante pour la sécurité alimentaire.


La mangue organique francique est très prisée par les consommateurs américains en raison de sa saveur particulière.

LLM / radio Métropole Haïti

Publicité