Kesner Pharel : la mauvaise gestion a un cout social

601

Alors que les prix des produits pétroliers sur le marché international augmentent et que le taux de change de la gourde face au dollar se détériore de jour en jour, l’économiste Kesner Pharel a tiré une nouvelle fois la sonnette d’alarme ce lundi matin pendant le journal de Radio Métropole :

« Deux facteurs déterminent le prix du carburant à la pompe en Haïti : les couts des produits pétroliers sur le marché international et le taux de change. Le gouvernement bénéficiait en fin d’année 2020 d’une embellie dans ces deux domaines, mais cela semble fini. »

L’économiste note un changement de tendance qui pourrait être lourd de conséquences et préconise :

« La logique serait de réajuster les prix à la pompe, mais l’expérience de juillet 2018 est encore dans toutes les têtes. Il y a de fortes chances que le gouvernement préfère laisser courir les déficits. Ce qui aura des conséquences. »

En effet, Kesner Pharel désigne d’ores et déjà les victimes de cette gestion hasardeuse :  les 2,9 millions d’Haïtiens actuellement en situation d’urgence alimentaire. 

« Lorsque le gouvernement décide de faire des choix politiques, plusieurs millions d’Haïtiens ne mangent pas. Nous devons lui demander quelles sont vraiment ses priorités   » insiste-t-il.

Le choix est donc clair : inflation ou augmentation des prix du carburant… Dans les deux cas cela ne sera pas sans un fort impact social assure Kesner Pharel.

AL/ Radio Métropole