La crise sécuritaire perturbe l’économie

189

Ce lundi 11 octobre 2021 est une nouvelle journée de perturbation ou paralysie des activités économiques entre le nord et le sud de la région métropolitaine de Port-au-Prince.
Le principal axe routier, le boulevard Jean Jacques Dessalines, est bloqué à Martissant par les gangs de Village de Dieu et Grand Ravine.
Dès 4 heures du matin des tirs nourris d’armes de gros calibre ont été entendus dans le quartier de Martissant.


Ces exactions sont enregistrées suivant les annonces du chef de gang Iso.


Les agriculteurs et producteurs en provenance de la péninsule du sud ne peuvent acheminer leurs produits à la capitale.


De plus les commerçants de la région métropolitaine ne peuvent s’approvisionner au marché de la Croix des Bossales, principal centre de vente des produits alimentaires en provenance des villes de province.


Les multiples petits marchés de Carrefour dépendent du marché de Croix des Bossales pour l’approvisionnement en produits divers dont les haricots, les fruits et les légumes.


En ce qui trait aux produits importés les camions ne peuvent livrer les commandes puisque Martissant est impraticable.


L’impact de la crise sécuritaire sur l’administration communale est catastrophique.
Le maire Jude Édouard Pierre assure qu’il n’y a plus de collecte d’impôts.


En outre les camions ne peuvent livrer le carburant aggravant les perturbations des entreprises encore fonctionnels.

LLM / Métropole Haïti