La gestion de la crise aux Gonaïves par le gouvernement est critiquée par l’ISC

194

L’Initiative de la Sociétété Civile (ISC) est très critique vis-à-vis du gouvernement après les évènements survenus aux Gonaïves, le 2 août 2002. L’ISC estime que le pays est livré à l’anarchie car l’assaut réussi contre le commissariat et la prison de la Cité de l’Indépendance, annoncé au préalable par ses auteurs, démontre l’incompétence et l’irresponsabilité des autorités publiques. L’un des porte-parole de la société civile, Edouard Paultre, dénonce les propos contradictoires tenus par le pouvoir sur l’approche à privilégier dans la gestion de la crise aux Gonaives. Le premier ministre Yvon Neptune avait qualifié les OP dirigées par Amiot Métayer de  » brigants » qu’il fallait arrêter. Cette approche avait été soutenue par la Police mais, depuis deux (2) jours , la Présidence a décidé de négocier avec les fugitifs. L ‘ISC qui tente de faciliter une sortie de crise négociée croit que ces incidents risquent de perturber le processus de négociations politiques. Elle appelle l’Organistion des Etats Américains (OEA) et le Pouvoir Lavalas à en tirer les conséquences. L’Initiative de la Société Civile est particulièrement critique envers l’OEA qui, à son avis, semble plus encline à épouser les vues de Lavalas relatives à la sortie de la crise électorale vieille de plus de deux (2) ans. Pour leur part, certains élus Lavalas saluent la gestion de la crise aux Gonaives par le Pouvoir. Les députés Joel Costumé ( Marmelade) et Henriot Mondésir (Verrettes), région de l’Artibonite), estiment qu’il y a anguille sous roche.

Publicité