La menace sismique devient une priorité pour les autorités haïtiennes

156

Les autorités gouvernementales et législatives haïtiennes sont préoccupées par l’annonce de la reprise des activités sismiques sur l’ile d’Hispaniola.Le chef d’Etat haïtien, Michel Martelly a eu hier une séance de travail avec les sénateurs et députés des départements du Nord et du Nord est.Ces deux départements sont sous la menace d’un violent séisme pouvant provoquer un tsunami. Les autorités haïtiennes ont été interpellées par les deux récents séismes, en moins d’un mois, en République Dominicaine. Le sénateur Kelly Bastien, qui participera à la rencontre avec le président Martelly, se propose de réclamer la mise en place d’un plan de contingence en cas de catastrophe.Il s’étonne du laxisme de l’exécutif haïtien depuis le violent séisme du 12 janvier 2010. Dans le même temps, le parlementaire réclame des explications sur l’utilisation de plus d’un million de dollars par la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti dans le cadre d’action de prévention en cas de séismes. Interrogé sur les conséquences d’un tremblement de terre dans le Nord, le sénateur Bastien dit craindre une catastrophe.Les maisons pourraient s’effondrer dans les rues dit-il prévoyant qu’il sera très difficile pour les résidents de quitter la ville. De plus l’hôpital Justinien, ne pourra pas répondre aux nombreux cas d’urgence, insiste le parlementaire, médecin de formation. Il dénonce les autorités haïtiennes qui n’ont pas impliqué des spécialistes tels Zephiryn Ardouin, dans l’élaboration d’un plan national de contingence.M. Ardouin, expert en incendie formé aux Etats Unis, dirige une association de sapeurs pompiers bénévoles prêts à répondre aux urgences dans la ville du Cap Haïtien. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité