La Pauvreté Entrave la Lutte Contre le SIDA en Haïti

180

Haïti a un taux de séroprévalence de 6 % contrairement à la République Dominicaine qui accuse une séroprévalence de 2.4 % . Pourtant ces dernières années les campagnes de sensibilisation et de lutte contre le VIH/SIDA ont été renforcées. Cependant, en raison de la dégradation des conditions économiques de la population, ces efforts n’ont pas permis de réduire l’impact de l’infection. Le virus du SIDA se propage également par manque d’information, d’éducation et de structures sanitaires a fait remarqué le résident permanent en Haïti du Programme des Nations Unies Pour le Développement (PNUD), Oscar Fernandez Taranco, à l’occasion du lancement des activités devant marquer la journée internationale de la pauvreté ce 17 octobre et la journée mondiale du SIDA le premier décembre prochain. M. Taranco a lancé un appel aux journalises haïtiens pour qu’ils participent dans la lutte contre le SIDA. L’aspect culturel du SIDA a été évoqué par le représentant de l’ONUSIDA en Haïti , Bernard Hadjadj soutient qu’il faut briser le silence sur le SIDA en éliminant tous les tabous entretenus autour de l’épidémie. Certes, la pauvreté nuit terriblement aux campagnes de sensibilisation mais avec la participation de tous les secteurs dans la lutte, on parviendra à freiner la propagation du SIDA en Haïti a déclaré M. Hadjadj. Par ailleurs, le ministre de la santé publique , le docteur Michaël Amédée Gédéon, dit attendre la publication prochaine d’une enquête sur l’évolution du SIDA en Haïti – enquête qui devrait confirmer une certaine stabilisation de l’infection.

Publicité