La Police et la Minustah exécuteront le plan sécuritaire pour la période électorale

129

Les responsables de la police haïtienne sont prêts à mettre en œuvre le plan de sécurité élaboré pour la période électorale.Le porte parole de la PNH, Frantz Lerebours, affirme que les différentes régions ont été classées en fonction de l’intensité des actes de violence.Les régions où la situation sécuritaire est plus volatile sont classées rouges, comparées aux autres régions classées jaunes ou vertes.M. Lerebours n’a pas voulu citer les zones rouges mais on doit s’attendre à ce que des bidonvilles, telle Grand Ravine où une personne a été tuée lors d’affrontements entre gangs rivaux soient classées dans la zone rouge.Le plan sécuritaire sera conjointement exécuté par les policiers haïtiens et les casques bleus de la Minustah.Interrogé sur la problématique de l’effectif des forces de l’ordre qui ne pourront assurer la sécurité des 10 000 bureaux de vote, M. Lerebours a fait valoir qu’on ne doit pas faire une approche arithmétique de la question.Les autorités policières ont une approche tactique qui permettra de garantir le bon déroulement des joutes, insiste t-il.Le porte parole de la PNH attire également l’attention sur les nouveaux moyens de transport dont dispose l’institution policière.Intervenant à la rubrique  » Le Point sur le 100.1  » de radio Métropole, M. Lerebours a soutenu que le haut commandement de la PNH n’envisage pas d’affecter des policiers à la sécurité rapprochée des candidats. Cette formule n’a pas été retenue en raison de l’effectif réduit.Les agents de l’ordre seront dépêchés sur place afin d’assurer le bon déroulement des meetings populaires notamment. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité