La rareté de la gazoline persiste

255

Le président de l’Association Nationale des Propriétaires de Stations à Essence (Anaprose), M. Marc André, tire la sonette d’alarme sur la situation financière des stations à essence, principales victimes de la pénurie de carburant.
M. André explique que les stations ne peuvent s’approvisionner régulièrement ce qui leur permettrait de prendre en charge le coût de fonctionnement.


Les produits pétroliers sont livrés de manière intermittente à cause des difficultés sécuritaires pour accéder aux terminaux de Varreux et Thorland.
Les propriétaires des compagnies ne peuvent rembourser leurs dettes auprès des banques et appellent à une intervention de l’état pour rétablir un climat propice aux affaires.


En raison de la crise des informations font état de la vente de carburant en territoire dominicain.
Le président du syndicat se prononce pour une enquête afin de faire la lumiere sur ces allégations.
En outre les transporteurs sont ranconnés sur les routes dans les divers régions, confie t-il rappelant que la faillite de l’état est la cause du problème.


Interrogé sur la méthode pour empêcher les pénuries récurrentes, M. André recommande une libéralisation du secteur.
Il souligne que l’état, par le biais du BMPAD, pourra continuer à jouer le rôle de régulateur.
De l’avis de M. André cette libéralisation est nécessaire face à de l’impossibilité de réaliser des prévisions de consommation.
Il révèle que la cargaison de chaque tanker est absorbée rapidement en raison des craintes d’une pénurie.

LLM / radio Métropole Haïti