La Société Civile maintient ses réserves sur la formation du CEP après sa rencontre avec le gouvernement

121

Le gouvernement a organisé une rencontre avec les secteurs concernés par la formation du Conseil Electoral Provisoire (CEP), le jeudi 30 janvier 2003 , au Ministère des Affaires Etrangères . L’Opposition et le secteur des Droits Humains ont brillé par leur absence . Le chancelier Joseph Philippe Antonio qui représentait l’Exécutif a informé les participants sur les mesures adoptées pour permettre le lancement du processus électoral dans les bonnes conditions . L’évaluation de la Résolution 822 de l’Organistion des Etats Américains (OEA) aura été une séance d’audition des déclarations et positions des uns et des autres sur la crise électorale mais aussi une tentative de refaire une santé aux négociations. Chacun a dit sa vérité et est sorti satisfait de la réunion qui n’aura pas été un bel après-midi passé ensemble , aussure le ministre des Affaires Etrangères . M. Antonio promet surtout un suivi et un rapport à ses supérieurs . Le secteur Lavalas était également représenté à travers son chef a.i. , Jonas Petit , qui a évoqué des avancées dans la question des réparations (accord avec l’Organistion du Peuple en Lutte (OPL) cette semaine ) et en matière de justice avec l’affaire Jean Léopold Dominique (transmission au Parquet du rapport du Cabinet d’Instruction ) . Pour M. Petit , cela suiffit amplement pour la formation du CEP. La note discordante est venue du pasteur Pauris Jean Baptiste . Le représentant de l’Eglise Protestante parlant au nom du Groupe des 5 ( les églises , le patronat et les droits de l’homme) et au nom du Groupe des 184 a indiqué que la Société Civile était insatisfaite car l’insécurité demeure , les gangs armés n’ont pas été démantelés au contraire la situation tend à se dégrader . Le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haiti , Maurice Lafortune , confirme les préoccupations de la Société Civile . M. Lafortune , présent à la rencontre à la chancellerie et invité du Journal du Matin de Radio Métropole de ce vendredi 31 janvier 2003 , a indiqué que les conditions n’étaient pas réunies pour la constitution du CEP et la réalisation d’élections . La Convergence Démocratique , les autres partis de l’Opposition et le secteur droits humains ont boudé la rencontre de jeudi avec le ministre Antonio . Pour le secteur « Droits de l’Homme » , le chancelier met cette absence sur le compte d’une mauvaise planification de la date de la réunion . Par contre ,Joseph Philippe Antonio n’a pas commenté le mépris affiché par l’Opposition qui réclame le départ du régime Lavalas .