L’administration Bush durcit le ton face au régime Lavalas

117

Le représentant des Etats-Unis à l’Organisation des Etats Américains (OEA) , Roger Noriega, estime que le Président Jean Bertrand Aristide a failli dans l’application de la Résolution 822 . L’ambassadeur Noriega croit que l’échéance du 4 novembre pour la formation du Conseil Electoral Provisoire (CEP) n’est plus d’actualité . Dans une intervention le mercredi 30 octobre 2002 devant le  » Dialogue Interaméricain  » ,un forum de discussions à Washington , Roger Noriega a exprimé la lassitude de l’administration Bush par rapport à la situation de crise en Haiti vieille de plus de deux (2) ans . M. Noriega , commentant le scrutin législatif et local du 21 mai 2000 , a indiqué que les  » Etats-Unis ne sont pas prêts à appuyer une autre comédie électorale  » . De plus, le président du Conseil Permanent de l’OEA a estimé que les élections gagnées en l’an 2000 par le Président Aristide étaient loin d’être parfaites , mais les Etats Unis le reconnaissent et sont toujours prêts à travailler avec lui  » quand il agit de manière responsable  » . Roger Noriega dit douter de la mise sur pied du Conseil Electoral Provisoire (CEP) à la date prévue soit le 4 novembre comme le prévoit la Résolution 822. Pour M. Noriega , cette échéance ne doit plus être considérée comme une date-butoir indiquant que le Président Aristide a failli dans l’application de la 822. Le responsable américain soutient que le désarmement qui tarde à donner des résultats et la nomination d’un CEP autonome ,indépendant , crédible et neutre sont des éléments essentiels pour organiser des élections libres dans la première moitié de 2003 , selon un plan de l’OEA accepté par Jean Bertrand Aristide. De plus , Roger Noriega a dressé un tableau critique des réalisations de l’administration Lavalas. Le haut responsable américain a exprimé la déception des Etats-Unis face au manque de volonté des autorités haitiennes à respecter leurs engagements internationaux . L’ambassadeur Noriega avertit que  » les Etats Unis pourraient considérer M. Aristide comme un président illégitime et que Haiti va être traité comme un Etat paria si ce n’est pas par l’Organisation des Etats Américains du moins par le gouvernement américain « . Monsieur Aristide, dit-il, n’a pas réussi à freiner la corruption et le trafic de la drogue augmente avec la complicité d’éléments de la police . Actuellement , a-t-il noté, 15 pourcents de de la cocaïne qui entre aux Etats Unis transite par Haiti et ce problème croît, s’inquiète Roger Noriega .