L’ambassadeur français en Haiti met en garde contre tout pourissement de la situation socio-politique

196

L’ambassadeur de France en Haiti, Yves Gaudeul, prévient qu’il n’y aura pas d’intervention directe de la communauté internationale pour résoudre la crise politique dans le pays . Le diplomate qui s’exprimait à l’occasion du 14 juillet 2002 (fête nationale de la France ) déplore la persistance de l’impasse actuelle et précise que la situation peut devenir dangereuse pour tout le monde. “ Je crois qu’il serait éronné de penser que ce danger même forcera l’international, comme on dit, à intervenir ce que certains semblent espérer ; la tentation de l’intermational , me paraît-il, serait plutôt de se retirer comme il l’a fait dans d’autres pays et de laisser les haitiens régler leurs problèmes entre eux au risque de confrontations toujours plus violentes » , a éclaré l’ambassadeur de France .  » Espérons que l’on n’arrivera par là et que le bon sens et l’honnêteté , la volonté de corriger les fautes commises l’emporteront enfin « , ajoute Yves Gaudeul. Toujours dans son discours du 14 juillet , l’ambassadeur français a donné la garantie que son pays ne se désengagera pas en Haiti .  » La France poursuivra les programmes de développement en cours et réservera des moyens en vue de la célébration du bicentenaire de l’Indépendance d’Haiti « , rassure le diplomate. Dans son intervention,l’ambassadeur Yves Gaudeul en a profité pour dénoncer la mise à sac de l’Institut Français , le 17 décembre 2001 , par des membres d’Organisations Populaires (OP) se réclamant du régime Lavalas . M. Gaudeul a du même coup annoncé le démarrage prochain d’un vaste programme de rénovation et le développement de l’Institut Français et des six (6) alliances françaises des villes de province. Yves Gaudeul a tenu ces propos dans la soirée du dimanche 14 juillet au Manoir des Lauriers à l’occasion de l’anniversaire de la  » prise de la Bastille  » en présence du premier ministre, Yvon Neptune , des membres du gouvernement et des personnalités de l’Opposition , de la société civile et du secteur privé.

Publicité