Le 26 octobre n’est pas une date magique selon Max Mathurin

278

Le président du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Max Mathurin, confirme que les conseillers électoraux ont entrepris d’évaluer le processus électoral afin de confirmer éventuellement la date du 26 octobre 2014. Cette date avait été retenue par le CEP incomplet pour la tenue du premier tour des législatives et municipales. M. Mathurin signale que la nouvelle évaluation est indispensable puisque la précédente remonte à 6 mois.Le 26 octobre c’est une date butoir qui avait été fixée mais nous sommes obligés d’évaluer l’état de la machine électorale, dit-il faisant remarquer que la précédente évaluation ne correspond plus à la réalité.Selon le président du CEP les acteurs politiques ne doivent pas considérer le 26 octobre comme un mot magique.Cette date est problématique a laissé entendre le président du CEP soulignant que la loi électorale amendée n’a pas été votée par le Sénat. Les conseillers électoraux dans leur évaluation doivent également faire des recommandations sur la loi électorale qui a déjà été votée par les députés. Les responsables de l’organisme électoral entendent poursuivre l’évaluation globale de la machine électorale afin d’élaborer un plan de travail. Max Mathurin considère le dossier de recrutement des candidats au Bureaux Electoraux Communaux et Départementaux comme prioritaire.Après l’évaluation les conseillers décideront de l’option qui sera retenue. La semaine écoulée les conseillers électoraux avaient planché sur plusieurs dossiers dont la réouverture des inscriptions pour les partis politiques et le paiement des loyers pour les bureaux régionaux du CEP.Cette étape est jugée cruciale par le président du CEP qui rappelle que les BED auront la charge de réaliser les inscriptions des candidats. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité