Le dirigeant de l’UNNOH dans le collimateur de la justice

219

Le responsable de l’Union Nationale des Normaliens d’Haiti (UNNOH) Josué Mérilien met en garde les policiers contre l’exécution du mandat qui a été décerné contre lui par le Substitut du Commissaire du Gouvernement Riquet Brutus. M. Mérilien rappelle aux policiers qu’ils seront sanctionnés par la loi en cas d’exécution de décisions de justice entachées d’illegalité. Le dirigeant de l’UNNOH invite les policiers à ne pas tenir compte des pressions qui sont exercées par le Pouvoir Lavalas en ce qui concerne son dossier. Le Parquet souhaite l’arrestation du professeur Mérilien qui a boudé trois (3) convocations de la justice dans le cadre d’une affaire qui l’oppose au Ministre de l’Intérieur, Jocelerme Privert . Ce dernier a attaqué le syndicaliste en justice pour diffamation. M. Mérilien maintient que le ministre de l’intérieur a ourdi un complot contre sa personne avec la bénédiction de la présidence . L’avocat du dirigeant enseignant, Samuel Madistin , affirme haut et fort que son client ne se présentera pas au Parquet en l’absence du ministre de l’Interieur Jocelerme Privert. Ce dossier est suivi de près par la grande majorité des associations d’enseignant du pays. A l’occasion de la convocation de M. Mérilien , le jeudi 21 novembre dernier , la coordination de ces organisations avait annoncé une manifestation de soutien au dirigeant de l’UNNOH et invité les enseignants de la province à observer un arrêt de travail .

Publicité