Le financement des élections, problème majeur des conseillers électoraux

181

Les autorités haïtiennes se préparent à promulguer la loi électorale, votée par le sénat et la chambre basse dans des termes identiques. Le président du sénat, Kelly Bastien assure que le projet de loi ratifié par le parlement peut être publié par le chef de l’état même en l’absence d’un gouvernement légitime. Il réagissait aux déclarations du vice président de la chambre basse, Elourne Doréus qui avait fait part de ces craintes que le loi ne puisse être promulguée avant la formation d’un nouveau gouvernement. Si l’absence d’un gouvernement n’empêchera pas la promulgation de la loi électorale dans le journal officiel, Le Moniteur, les conseillers électoraux devront tout de même attendre le vote du budget rectificatif afin d’obtenir des fonds pour la réalisation de certaines opérations dans le cadre du processus électoral.Or, le gouvernement démissionnaire ne peut présenter le projet de budget rectificatif par devant le parlement. Dans l’attente de la résolution de ces problèmes administratifs et politiques, le trésorier du CEP, Gaillot Dorsainvil, a annoncé qu’une enveloppe de 15 millions de dollars US est nécessaire pour la réalisation des prochaines joutes. Il indique que l’augmentation de 2 millions par rapport au montant annoncé en avril est due à la loi électorale qui réclame que chaque section communale comporte 2 centres de vote. Cette nouvelle prévision laisse apparaître un trou de 4 millions de dollars puisque la communauté internationale, notamment L’Union Européenne, le Canada et les Etats-Unis se sont engagés à hauteur de 11 millions de dollars. L’ambassadeur de France à Port-au-Prince, Christian Connan, ne comprend pas les raisons pour lesquelles le parlement a décidé d’augmenter la facture.Tout en indiquant que les élections haïtiennes coûtent déjà très cher, le diplomate français fait remarquer que la décision de revoir le tarif à la hausse n’a pas été prise en concertation avec les bailleurs de fonds. Il souhaite que les autorités haïtiennes utilisent les ressources du pays pour financer l’organisation des élections qui fait partie des dépenses courantes.Selon M. Connan l’utilisation des ressources de l’état pour financer les élections est une preuve de l’engagement des autorités dans le système démocratique.

Publicité