Le FRN ( ex-front de résistance) s’oppose à la démission du gouvernement

217

Le Front pour la Reconstruction Nationale (FRN) se démarque de la position exprimée par les groupes politiques qui réclament la démission du gouvernement et la fin de l’accord du 4 avril. Les dirigeants du FRN mettent le cap sur les élections et appellent la classe politique à prendre le train. Lors d’une conférence de presse, le mardi 1er mars 2005, Guy Philippe et Winter Etienne ont affirmé ne pas comprendre l’attitude de ces organisations à quelque mois des élections. Guy Philippe s’est demandé qui va remplacer le Premier ministre Gérard Latortue, comment cela va se faire et combien de temps le processus va durer. Un groupe de partis dont Modereh, Pndph, Padem , Tèt Ansanm et Mnp-28 réclament le départ du Premier ministre et la formation d’un gouvernement d’union nationale. Les élections locales sont prévues pour le 9 octobre et le 1er tour de la présidentielle et des législatives doit se dérouler le 13 novembre. D’un autre côté, le FRN affirme que deux (2) de ses membres, Jean Claude Louis Jean et Arnel Bélizaire, font partie des évadés du 19 février dernier au Pénitencier national. Les dirigeants du Front affirment que ces fugitifs craignent pour leur sécurité s’ils reviennent en prison.

Publicité