Le Parquet poursuit des propriétaires de clubs et de maisons closes

210

Il s’agit d’une grande première. Des adolescents et adultes accusés de débauches sexuelles ont comparu lundi dernier par devant un juge du tribunal de première instance de Port-au-Prince. En tout 64 personnes qui avaient été appréhendées en flagrant délit d’orgies sexuelles, de streap tease et de consommation de drogues dans des clubs et des maisons closes de Port-au-Prince, Delmas et Pétion ville.La comparution par devant les autorités judicaires témoignent de la détermination du chef du Parquet à combattre la débauche et la délinquance juvénile. Dans la ligne de mire du commissaire Jean Renel Cenatus, les écoliers participants aux rassemblements dénommés zokiki.M. Cenatus qui bénéficie de l’appui de ses supérieurs hiérarchiques, annonce qu’un dossier sera préparé pour chaque mineur interpellé.En cas de récidive ces jeunes seront sanctionnés plus sévèrement. Des parents présents au tribunal approuvent la campagne lancée récemment par le Parquet.Je crois que c’est une bonne décision affirme une jeune femme dont la sœur a été interpellée dans un club. Curieusement le chef du Parquet révèle que de nombreux parents sont dépassés. Il informe qu’une mère a été tuée par son fils qui voulait participer à un programme. Des propriétaires de clubs, des prostituées et des clients adultes ont été également interpellés lors de ces opérations.M. Cenatus entend poursuivre ces personnes pour viol, détournement de mineurs et atteinte à la pudeur. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité