Le président Aristide mis à l’index par Reporters Sans Frontières

290

Les autorités haitiennes sont sur la selette dans le rapport annuel de Reporters Sans Frontières (RSF) publié à l’occasion du jour Mondial de la Presse , ce 3 mai 2002. Dans ce document RSF révèle que l’année 2001 a été marquée par une nette dégradation de la situation de la liberté de la presse. Les cas de menaces et d’aggressions contre des journalistes par des partisans du président Aristide se sont multipliés , selon l’Organisation. L’un d’entre eux Brignol Lindor a été tué et comme dans l’affaire Jean Léopold Dominique ses assassins peuvent compter sur la complicité des autorités en place, fait remarquer RSF. Le chef de l’Etat haitien Jean Bertrand Aristide figure désormais parmi les 38 prédateurs de la liberté de la presse à travers le monde. Reporters Sans Frontières (RSF) a donc concrétisé les prévisions faites lors du récent passage en Haiti de son secrétaire général Robert Ménard . Jean Bertrant Aristide est un nouveau venu sur cette liste réactualisée chaque année. A l’occasion de la journée internationale de la Liberté de la Presse ,RSF invite le public parisien à faire connaissance avec les ennemis de la liberté de presse. Dans la documentation consultée par Alterpresse ,on y voit une photo d’Aristide le doigt sur la bouche l’air pensif. Cette photo est placée notamment près de celle de son homologue Irakien Saddam Hussein. Reporters Sans Frontières rappelle que deux (2) journalistes ont été assassinés en Haiti durant les deux (2) dernières années et une quinzaine d’autres ont dû fuir le pays pour protéger leurs vies. Depuis l’assassinat de Jean Léopold Dominique en avril 2000, l’impunité est au coeur de la stratégie des autorités haitiennes pour museler la presse , indique RSF. Dans cette affaire, poursuit l’organisation, toutes les institutions de l’Etat font obstacle à l’enquête. Fort de cette impunité, les sympathisants du régime Lavalas multiplient les agressions contre les professionnels de l’information jugés trop critiques . Reprenant les affirmations de nombreux observateurs , RSF déclare qu’au mieux le président Aristide protège les assassins, au pire il est lui même impliqué dans le crime . A ceux qui l’accusent de protéger l’impunité Aristide déclare ,selon RSF,” je fais un choix pour protéger la démocratie” . Parallèlement , l’Institut Géographique Nationale Française a réalisé une carte du monde de 200 mètres carrés sur laquelle sont exposés les visages des trente-huit (38) prédateurs de la presse dont Jean Bertrand Aristide .

Publicité