Le quartier populaire de la Saline entre violence et désespoir

220

La tension est toujours perceptible à la Saline . Ce quatier populaire de Port-au-Prince est en ébullition depuis l’arrestation du puissant chef d’Organisations Populaires (OP) Lavalas Ronald Camille dit Ronald Cadavre ,le 23 mars dernier . Le déploiement permanent de policiers annoncé par les autorités pour ramener le calme tarde à se matérialiser . Les habitants de la Saline sont sur le qui vive , ils sont aux aguets comme une bête traquée . Jeunes armés se mettant à couvert au premier coup qui retentit, des visiteurs qui hésitent avant d’y mettre le pied , des pans de murs flambés, des toits arrachés, des douilles dispersées , si la Saline n’est pas en guerre , au moins il en a le visage. Le temps est désormais à l’exode, certaines familles laissent leurs maisonnettes à l’aveuglette depuis l’emprisonnement de Ronald Camille dit Ronald Cadavre, accusé de meurtre sur la personne d’un autre membre d’OP , Fritzner Jean alias  » Bobo » . Chaque jour la liste des blessés, des personnes maltraitées ou tuées s’allongent, le spectre de la guerre plane sur ce quartier populeux considéré comme un terrain miné où l’on n’entre pas sans le sauf conduit d’un chef et certains endroits sont carrément déconseillés aux inconnus. C’est la population civile qui assure sa propre sécurité, le déploiement permanent d’unités spécialisées annoncé par la direction générale de la Police Nationale d’Haiti (PNH) n’est toujours pas assuré. La Saline , c’est la guerre mais c’est aussi la misère. Des êtres humains vivant dans des conditions exécrables en plein coeur de la capitale, maisons de fortune entourées de mares infectes. Un macadam brumeux en guise de rue asphaltée, la misère se lit sur tous les visages, ils ont tout attendu d’Aristide mais se disent aujourd’hui déçus.

Publicité