Le sénateur Fortuné réclame la peine de mort a l’encontre des kidnappeurs

124

Le sénateur Gabriel Fortuné souhaite que la peine capitale soit appliquée pour lutter efficacement contre l’insécurité et le kidnapping. » Il faut utiliser la manière forte pour rétablir un climat de paix », déclare le parlementaire qui estime que les bandits décident quand ils veulent de multiplier les actes de violence.  » Les criminels étaient en vacance maintenant ils ont décidé de défier les forces de l’ordre à l’approche des fêtes de fin d’année », dit-il ajoutant que certains kidnappeurs jouissent de l’impunité.Il révèle que l’ex-chef de gang de Cité Soleil, Evans Jeune alias  » Ti couteau » qui vient d’effectuer un séjour à la Direction centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) utilise un téléphone pour communiquer avec ses bandits. Les propositions de Gabriel Fortuné visent également à encourager les policiers qui sont en première ligne dans la lutte contre l’insécurité. » Si quelqu’un blesse un policier il doit être condamné à la prison à perpétuité, si quelqu’un tue un policier il doit être condamné a mort », ajoute t-il. Le raz le bol exprimé par Gabriel Fortuné trouve un écho favorable parmi les policiers du commissariat de Delmas 33, frustrés par la décision du commissaire du gouvernement de libérer un chef de gang de Martissant. Selon les policiers, le chef de gang Lafortune Francois alias  » Kadafi », a fui la zone de Martissant afin d’échapper aux forces de l’ordre. » Après son arrestation à Delmas 83 nous avons tenté de le remettre au commissariat de Port-au-Prince, mais il n’y avait pas de responsable disponible indiquent les policiers qui déplorent la décision du parquet. Les policiers soutiennent que l’individu, responsable de malversation dont la vente de fausses cartes de téléphone, est recherché par les forces de l’ordre qui ne disposaient pas de photo. Craignant de travailler en vain les policiers rappelle que l’inculpé a été pris en charge par le commissaire du gouvernement lors d’un arrêt de la patrouille devant le parquet.