Le système judiciaire dans l’attente de la désignation d’un chef du Parquet

228

Trois semaines après la mise en disponibilité du chef du Parquet, Félix Leger, la doyenne du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Jocelyne Casimir, assure que le système judiciaire n’est pas perturbé par cette absence. Le gouvernement devra nommer un nouveau garde des sceaux qui aura la tache de choisir un nouveau commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince. Le ministre Josué Pierre Louis et M. Leger avaient été éclaboussés dans le cadre l’arrestation illégale du député de Delmas, Arnel Bellizaire.La juge Casimir explique que l’un des programmes phares de la juridiction, dénommé  » Pas un jour de plus », n’est pas dysfonctionnel.Ceci s’explique par le dévouement des juges au correctionnel et des juges instructeurs dans le traitement des dossiers. Une personne déférée au correctionnel est jugée le même jour, révèle la doyenne précisant que le Parquet traite également les dossiers avec célérité.Les substituts du commissaire du gouvernement acheminent les dossiers le jour même au tribunal.Cependant elle admet que certains dossiers sont en souffrance en raison de l’absence d’un chef du Parquet.Parfois on ne sait à quel substitut s’adresser, insiste Mme Casimir.Dans le cadre de ce programme les autorités judiciaires ont remis en liberté près d’une centaine de détenus dont certains avaient déjà purgé leur peine.Plusieurs personnes ayant bénéficié d’un non lieu étaient illégalement maintenues en détention notamment au Pénitencier National. LLM / radio Métropole Haïti

Publicité