L’échéance du 7 février sera respectée, réaffirme le président du Cep

78

Le président du Conseil électoral provisoire (Cep), Max Mathurin, a réaffirmé, jeudi, la détermination de l’institution chargée d’organiser les prochaines joutes en Haïti de favoriser le respect de l’échéance du 7 février 2006, date prévue pour l’installation du nouveau président de la République.Dans une interview à Radio Métropole, Max Mathurin a affirmé que les modifications apportées au niveau du Cep sont de nature à relancer le processus électoral. Il a indiqué que l’échéance constitutionnelle du 7 février sera respectée grâce à la collaboration des différents secteurs impliqués dans le processus. Le président du Cep a reconnu que le manque de cohésion entre les responsables de l’institution avait contribué à un certain ralentissement du processus électoral en cours.La semaine dernière, le Premier ministre intérimaire, Gérard Latortue, a donné des garanties au Conseil de sécurité de l’ONU que l’échéance du 7 février 2006 pour le transfert du pouvoir au gouvernement élu sera respectée.Dans son intervention aux Nations Unies, le chef du gouvernement haïtien a réaffirmé sa volonté de favoriser le bon déroulement du processus électoral. Selon Gérard Latortue, les retards accumulés dans la préparation des élections résulte d’une mauvaise compréhension des responsabilités du Cep qui doit maintenant définir les grandes orientations du processus électoral au lieu d’en assurer l’exécution au jour le jour.