Les économistes se penchent sur le grave problème de la pauvreté

273

“Politique économique et lutte contre la pauvreté dans le contexte haïtien”, c’est le thème central d’une conférence organisée par l’Association Haitienne des Economistes (AHE) à l’hôtel Montana, le jeudi 23 mai 2002. L’AHE entend relancer le débat sur la pauvreté en Haïti. Un débat très cher au représentant du Fonds Monétaire International (FMI) à Port-au-Prince et au directeur du Centre de Techniques de Planification et d’Economie Appliquée (CTPEA). La “pauvreté”, un thème dominant de l’actualité puisqu’il fait partie de la dure réalité haitienne de nation défavorisée. Le sujet a été en maintes fois abordé par les secteurs public et privé mais le problème reste entier voire même se détériore au vu de la dégradation accélérée des conditions de vie de la population haïtienne en l’espace de quelques mois. Pour le président de l’AHE, Henry Bazin, le contexte actuel est déprimant à tel point que l’expert serait tenté de remettre en question les stratégies de lutte contre la pauvreté déjà expérimentées. Des questionnements pour tenter de fixer les responsabilités et relancer la lutte contre la pauvreté en Haïti. Et cette lutte ne saurait être exclusivement l’affaire du gouvernement, des bailleurs tels le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale, soutient Henry Bazin. Tous les secteurs doivent s’impliquer y compris le secteur privé. Outre les secteurs privé et public, les bailleurs de fonds intenationaux, les pauvres doivent aussi participer à la lutte contre la pauvreté. En agissant ainsi,indique M. Bazin, ils porteront les décideurs à mettre tout en oeuvre en vue d’une amélioreration effective de leur situation. Le représentant du FMI , Jérome Lapitus, qui intervenait sur le thème “la politique économique et la lutte contre la pauvreté” se montre très touché par la pauvreté qui sévit en Haïti. Haïti devra également définir une politique économique efficace pour combattre la pauvreté, insiste l’expert. Dans son intervention, le directeur du Centre de Techniques de Planification et d’Economie Appliquée ( CTPEA), Rémy Montas, a tenté d’apporter des éléments qui pourraient servir à l’éboration d’un programme capable d’éradiquer ce fléau qui ravage le pays.

Publicité