L’Opposition Dénonce Une Répression Croissante

167

L’Espace de Concertation dénonce une vaste répression contre ses membres et des actes de vandalisme contre une dizaine de maisons, dont celle du responsable de l’Espace, qui aurait été saccagée et pillée.Il ne revient pas à Fanmi Lavalas de faire la leçon aux partis de l’opposition, répond le Porte-parole de l’Espace de Concertation, M. Evans Paul qui a dénoncé, ce qu’il appelle, ce double langage des membres du parti de Jean-Bertrand Aristide. Le dirigeant du Groupe de Convergence a critiqué aussi l’appel au dialogue lancé par Fanmi Lavalas à l’endroit de la Communauté Internationale. L’Espace de Concertation a par ailleurs dénoncé une vaste répression contre ses membres et ceux des autres partis de l’opposition à Maïssade, dans le Plateau Central. Dans une correspondance adressée aux représentants de la communauté internationale, M.Serge Gilles a dressé le bilan des exactions commises par le maire contesté, Willio Joseph, avec la complicité de la police dans la nuit du 11 au 12 juillet. Monsieur Serge Gilles a fait état de l’arrestation de près de d’une vingtaine de membres de l’opposition qui ont été torturés. De plus, une dizaine de maisons, dont celle du responsable de l’Espace ont été saccagées et pillées. Les membres de la coordination de l’Espace de Concertation dans le Plateau Central qui ont dressé ce rapport au directoire de cette coalition politique ont dénoncé la terreur des « chimè » lavalassiens et ont réclamé l’intervention des amis d’Haïti pour stopper cette dérive.

Publicité