L’Opposition met en doute la volonté d’Aristide de résoudre la crise par le dialogue

209

La Convergence Démocratique déclare ne pas prendre au sérieux l’appel au dialogue lancé par le président Jean Bertrand Aristide, le 1er janvier 2002. La principale coalition de l’Opposition haïtienne dit relever le caractère « déjà vu » de ce type de discours M. Aristide. « C’est le même discours, la même tromperie » ironise l’ancien sénateur Paul Denis, l’un des porte-parole de la Convergence. Le responsable de l’Opposition reconnait toutefois que le président du 26 novembre a fait « un petit progrès « en admettant pour la première fois que le pays était en crise. Interprétant les déclarations du chef de l’Etat lavalas condamnant la violence et appelant les leaders de l’Opposition à respecter le suffrage universel, Paul Denis rappelle au président Aristide qu’il a violé ce principe en truquant le vote populaire. « Jean Bertrand Aristide est un menteur qui pense pouvoir duper tout le monde » a ajouté M. Denis qui a une nouvelle fois dénoncé les violences déclenchées par les Organisations Populaires (OP) lavalas le 17 décembre 2001 à l ‘occasion du  » coup d’Etat  » annoncé par le pouvoir. Pour les dirigeants de la Convergence, le président Aristide doit poser des actes concrets et renoncer au terrorisme d’Etat.

Publicité