Mission difficile pour Yvon Neptune

219

Le futur chef de gouvernement hérite d’une situation politique et socio-économique délicate. Sa marge de manoeuvre est réduite, estiment les commentateurs politiques . En un an de crise pour le début de son second mandat présidentiel, Jean Bertrand Aristide aura passé deux premiers ministres. Le 21 janvier dernier, Jean Marie Chérestal, son cousin, ordonnateur de Lomé, technocrate confirmé, est pourtant forcé de partir. Un secteur de lavalas l’accuse de laxisme, d’inertie , d’incapacité à appliquer le programme de son propre parti Fanmi Lavalas. Un mois plus tard ,c’est son collègue aux interminables négociations qui est désigné pour pourvoir à son remplacement. Yvon Neptune , nommé chef par intérim de Fanmi Lavalas, sénateur contesté de l’Ouest, bras droit d’Aristide, est connu pour sa virulence à l’endroit de l’Opposition, de l’Initiative de la Société Civile (ISC), du secteur des affaires. « Nèg sa yo merite dezenfekte » disait-il en 2001 et ses partisans au sein du régime le présentent déjà comme « l’homme du moment » pour l’ application du programme du parti « investir dans l’humain ». M. Neptune va prendre les rennes à une des périodes les plus difficiles de la crise électorale en Haïti, l’aide internationale est bloquée depuis mai 2000 et un héritage lourd en terme de corruption, scandales financiers, insécurité, sans parler des critiques acerbes du régime sur le plan international, la presse en particulier et depuis quelque temps de hauts responsables américains. Même le médiateur de l’OEA dans la crise Luigi Einaudi, s’est mis de la partie . » Après de grands efforts en 1990, il n’y a pas eu de réalisation concrètes en Haïti pour que ce pays mérite la reprise de l’aide « , avait déclaré le diplomate au terme d’une visite préparatoire à la mission d’enquête de l’OEA sur les violences du 17 décembre 2001. Yvon Neptune va hériter également du dossier du 17 décembre 2001. Le nouveau gouvernement aura jusqu’au 31 mars pour faire la lumière sur la question sinon Haïti aura des problèmes, avait averti le numéro 2 de l’OEA , Luigi Einaudi ,en quittant Port-au-Prince la semaine dernière. Selon le quotidien haïtien « Le Matin », l’administration Bush vient de révoquer les visas de plusieurs fonctionnaires Lavalas de haut rang. Une source proche de l’ambassade américaine dans la capitale haïtienne confirme que l’administration Bush revise la liste des visas octroyés à travers le monde y compris Haïti pour cause de corruption, trafic de drogue entre autres. Yvon Neptune qui était d’ailleurs en fin de mandat au Sénat contesté s’est retrouvé une nouvelle fonction. De la tête du Sénat à la tête de la Primature , M. Neptune fait un grand saut dans une Haïti en crise jusqu’au cou.

Publicité