Moïse Jean Charles nie avoir lancé un appel à la destruction des banques

3066

Le chef de file de Pitit Dessalines, M. Moïse Jean Charles, nie avoir lancé un appel à la destruction des banques commerciales haitiennes.
Il soutient que son appel était à fermer les portes des banques si le taux de change de la gourde était pas ramené à moins de 80 gourdes pour un dollar.


Il reconnaît toutefois qu’il n’avait pas corrigé les citoyens qui appelaient à incendier les banques.
Je ne suis pas un méchant, Je ne suis pas violent, a insisté l’ex sénateur précisant que les menaces de la population seraient mises à exécution si le taux de change ne baissait pas.


De l’avis de M. Jean Charles il faut une décision politique pour faire baisser le dolar puisque ce sont des spéculations qui expliquent cette forte hausse du taux de change.
Il accuse les propriétaires des banques d’être coupables de tous les péchés d’Israel.
Il cite entre autres la hausse du taux de change, la multiplication des gangs et la pénurie de carburant.

Interrogé sur sur un double jeu consistant à diriger l’opposition tout en étant membre de la coalition gouvernementale, M. Jean Charles assure que le ministre de l’intérieur n’est pas le représentant de son parti politique.
Il se propose de maintenir la mobilisation pour combattre les spéculations sur le taux de change et la cherté de la vie.

LLM / Métropole Haïti

Publicité