Nouvelle attaque en règle du Président Aristide contre l’Opposition

233

Le Président Jean Bertrand Aristide s’en prend vivement à l’Opposition qui se refuse à participer aux élections avec sa présence au Pouvoir . A l’occasion d’une visite à Lascahobas , le mercredi 25 décembre 2002 , jour de la Noël, M. Aristide a traité ses opposants de lâche .  » Nou brav, yo lach , se nan fè nwa yo ka aji paske yo lach . Si yo te brav , yo pa ta kite zam fann fwa fè nwa rantre yo nan koub vyolans lan. Si yo te brav , yo ta pran chemen eleksyon , si yo te brav yo ta pran chemen demokrasi ki mennen na eleksyon » (Ils ne sont pas braves , ils sont lâches car ils agissent dans le noir en utilisant les armes de la violence . Ils ne sont pas braves car ils se refusent d’aller aux élections qui conduisent à la démocratie), déclare M. Aristide qui était accompagné de son épouse, Mildred Trouillot . Le chef de l’Etat a également rendu l’Opposition responsable des derniers évènements survenus dans le Plateau Central . Jean Bertrand Aristide indique que les opposants armés ont tué le juge Christophe Lozama , abattu d’autres citoyens de la région , attaqué le sous-commissariat avant de libérer des individus impliqués dans l’assassinat du magisrat . M. Aristide a réclamé l’arrestation des auteurs de ces actes . Cette visite intervient 72 heures après l’annonce par les autorités de la mise en déroute d’un groupe  » d’anciens militaires  » qui occupaient la localité dénommée  » Pernal  » située entre Lascahobas et Belladère . Il s’agit de la deuxième virulente attaque en 24 heures du Président Aristide à l’endroit de l’Opposition qui réclame sa démission. L’Opposition dénonce les propos tenus par le chef de l’Etat . La Convergence par la voix d’Evans Paul estime que Jean Bertrand Aristide prépare une vaste répression contre ses opposants . Pour M. Paul , Jean Bertrand Aristide a violé sa propre trève et son attitude ne fait que renforcer la conviction de l’Opposition qui réclame son départ .

Publicité