Réprobation générale après un attentat manqué contre la veuve de Jean L. Dominique

235

C’est l’émotion au sein de la société après l’attentat manqué contre la directrice de l’information à Radio Haiti Inter , Michèle Montas . Les réactions de condamnation fusent de partout . L’Organisation de défense des droits humains (NCHR) condamne la tentative d’assassinat contre la veuve de Jean Léopold Dominique . Le responsable de cette organisation , Pierre Espérance , demande aux autorités d’assumer leurs responsabilités. M. Espérance fait remarquer que le juge d’instruction , Bernard Sainvil , avait annoncé la publication de l’ordonnance sur l’assassinat du directeur de Radio Haiti Inter à de ce mois de décembre . L’Associationm des Journalistes Haitiens (AJH) est du même avis et qualifie de très grave cette situation . Le secrétaire de l’AJH, Guyler C. Delva, soutient que les autorités ont pour devoir de s’acquitter de leur tâche en donnant justice à Jean L. Dominique , assassiné le 3 avril 2000 . Le gouvernement fait part également de sa consternation. Le secrétaire d’Etat à la communication , Mario Dupuy, demande la fin de la violence et annonce des dispositions pour garantir la sécurité de la presse . M. Dupuy souligne que dès l’annonce de l’attentat plusieurs hauts responsables du gouvernement et de la police s’étaient rendus sur place pour voler au secours de Mme Montas . L’Opposition élève la voix pour condamner la tentative d’assassinat contre la directrice de l’infornation à Radi Haiti Inter . L’un des dirigeants de la principale coalition de l’Oppositon , Evans Paul, se pose un certain nombre de questions telles :  » a-t-on envie de réduire Mme Montas au silence ? Est-ce un message signifiaant qu’il n’y aura jamais de justice dans le cas Jean Dominique ? Est-ce dire à tous ceus qui réclament justice dans le pays que c’est la mort qui les attend ? Pour M. Paul Lavalas doit répondre à ses questions car Jean Dominique est mort sous ce régime et toutes les suspicions pèsent sur des lavalassiens . Pire , poursuit M. Paul c’est sous le régime Lavalas, que la principale concernée qui réclame justice a failli être assassinée.

Publicité