Participation de la PAPDA à un nouveau forum sur le développement

274

La Plate forme Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) participe à côté d’autres organisations anti-mondialiste à un forum global consacré au développement et à la lutte contre la pauvreté du 14 au 16 mars à Monterrey, au Mexique. Cette rencontre initiée par l’ONU doit précéder un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du monde sur la question. Les réflexions doivent porter notamment sur les revendications des mouvements sociaux, la question de l’annulation de la dette externe, la nécessité d’avoir de nouveaux organismes financiers internationaux autres que la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International. Lors de cette rencontre qui doit précéder le sommet des chefs d’Etat de l’organisation des Nations-Unies sur le financement du développement du 18 au 22 mars, la PAPDA s’attend au renforcement d’une alliance plus large des forces sociales et politiques autour des revendications pré-citées. Le responsable de la PAPDA, Camille Charlmers, considère comme très importante la présence des anti-mondialistes à Monterrey car cette année, différents intervenants dans la question du développement tels le FMI, l’OMC, la BID et la Banque Mondiale seront représentés au sommet de l’ONU. Le sommet des Nations-Unies sur le financement du développement fait suite à une décision adoptée lors de l’assemblée du millénaire en septembre 2000. Les chefs d’Etat s’étaient engagés à apporter des changements significatifs au niveau de la gestion et de la gouvernance mondiales. Lors de cette grande réunion de l’ONU, des points tels la question de la dette externe, la mobilisation des ressources internes, les biens communs universels seront abordés, précise Camille Charlmers. Les mouvements anti-mondialisation entendent dénoncer l’incapacité des organismes internationaux de financements dans le processus de développement. Selon l’Agence France Presse, les ONG qui préparent la réunion de Monterrey indiquent qu’elles n’auront pas confiance dans les résultats du sommet. Elles avancent comme argument l’échec des résolutions précédentes concernant l’éradication de la pauvreté et l’inégalité. Outre le forum global qui débute ce 14 mars, les ONG et les anti-mondialistes prévoient de manifester dans les rues de Monterrey à Mexico, dans la droite ligne des mobilisations anti-mondialisation qui désormais entourent la plupart des grandes réunions internationales.

Publicité