Plusieurs personnalités affichent leur opposition à la peine de mort

127

Le sénateur Youri Latortue, le juriste Samuel Madistin et le secrétaire général du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), Pierre Espérance, sont opposés au rétablissement de la peine capitale arguant que le renforcement de la police et l’épuration de l’appareil judiciaire sont de nature à améliorer l’efficacité de la lutte contre le kidnapping. Youri Latortue, président de la commission sénatoriale de justice et de sécurité, préconise un redéploiement des forces de l’ordre et du système d’intelligence afin de contrecarrer la vague d’enlèvement. Il croit qu’il faut transformer le décret sur la lutte contre le kidnapping en loi.Tout en faisant remarquer que le problème existe depuis 4 ans, il appelle à la mobilisation pour que l’insécurité devienne une exception. » Il doit y avoir à la fois la mobilisation des citoyens, du système répressif et de l’appareil judiciaire », dit-il soulignant que les efforts du gouvernement Alexis n’ont pas permis de résoudre le problème. Pierre Espérance est lui aussi contre la peine de mort rappelant que le pays doit respecter ses engagements internationaux. » Il n’y a pas un problème de législation mais d’application de la loi », lance M. Espérance faisant remarquer que jusqu’à présent aucun des chefs de gangs de Cité Soleil n’a été traduit en justice. Le directeur exécutif du RNDDH révèle que depuis 2005 moins de 50 kidnappeurs ont été condamnés » Des juges corrompus libèrent nombre de kidnappeurs arguant que les dossiers de la police sont mal montés », se plaint-il. De son coté, le juriste Samuel Madistin dit avoir noté une révolte de l’ensemble de la société contre les enlèvements.Il ne juge pas nécessaire l’instauration de la peine de mort pour lutter contre le kidnapping révélant que seulement 20 policiers ont reçu une formation dans la lutte contre les enlèvements. Maître Madistin rappelle que la peine de mort a été abolie en 1979 ce qui n’avait pas entraîné une hausse des actes de violence.Tout en soulignant que la prévention reste la meilleure arme il fait remarquer que l’effectif de la PNH est trop réduit.