Port-au-Prince Paralysée par la Violence des OP

191

Nouvelle journée de violence ce lundi 19 juin à la Port-au-Prince et dans les banlieues. Ce mouvement a été déclenché par les membres d’organisations populaires qui réclament la publication des résultats définitifs des élections du 21 mai. Dans la zone du bas de Delmas, du carrefour Nazon, il est (à 9h30 a.m. du 19 juin) impossible de circuler, des fils électrique de haute tension ont été placé sur des carcasses de véhicules, et même attaché sur ces carcasses afin d’éviter le déplacement des barricades. Barricades de pneus enflammés également à Pétion-Ville du côté du marché, sur la route de Kenscoff, du côté de Pèlerin. Au carrefour Pouplard, la manifestants se sont montrés agressifs, et ont voulu attaquer les policiers qui ont réagi.Depuis le dimanche 18 juin, dans la soirée, les membres d’organisations populaires du secteur politique lavalas avaient placés des barricades, bloquant ainsi la circulation à travers les différents artères de Port-au-Prince. Des pierres ont été lancé contre des véhicules et des passants à certains endroits. Des sapeurs pompiers et des policiers sont intervenus dans certaines zones pour débarasser la voie de ces barricades. Les barricades sont réinstallées par les membres d’OP suite au départ des patrouilles policières. Des coups de feu ont aussi été entendus du côté de Nazon. La situation reste extrêmement tendue. Les transports publics sont pratiquement inexistants sur les différents circuits en raison de ces violences ; de nombreux Haïtiens tentaient de se rendre à pied à leur travail. Rapellons, qu’au cours de la journée du vendredi 17 juin, les organisations populaires avaient menacé de mettre le pays à feu si le CEP ne publiait pas rapidement les résultats définitifs des élections du 21 mai, des résultats qui doivent selon les organisations populaires, confirmer la victoire de Fanmi Lavalas aux élections, malgré le départ du Président du Conseil Electoral Provisoire pour Saint-Domingue.

Publicité